Anne Blunt et Wilfrid Scawen Blunt

wilfridblunt.jpg

 Wilfrid Blunt est né le 17 août né 1840 et était le deuxième fils de Francis Blunt. Malheureusement, son père mourut deux ans après. Sa mère loua le domaine familial,
Crabbet Park, et voyagea avec ses trois enfants en bas âge à travers l'Angleterre et l'Europe. À l'âge de dix-huit ans, Wilfrid passa l'examen pour le service diplomatique et pendant douze ans, il servi d'attaché aux ambassades et aux légations à Athènes, Constantinople, à Lisbonne, à Madrid, à Paris et à Francfort. Il était également reconnu que pendant ce temps, Wilfrid poursuivi son passe-temps préféré, le séduction de belles, souvent mariées, aristocratiques femmes.

Wilfrid Blunt fini par épouser une femme très différente. Anne King Noel avait 29 ans lorsqu’ils se rencontrèrent pour la première fois à Florence en Italie. Elle était chaste, riche et attirante d une manière indescriptible.

Anne appartenait à une famille remarquable. Elle était l'enfant de la fille de Lord Byron, ADA d'Augusta, et avait été élevée en grande partie par sa grand-mère, Madame Byron. Elle avait passé la majeure partie de sa jeunesse en Europe. Avant de rencontrer Blunt, Madame Anne revendiquait plusieurs titres impressionnants: maîtrise en français, allemand, l'Italien et l'Espagnol; un talent artistique considérable (elle avait étudié le dessin avec John Ruskin); et quelques qualifications musicales (elle possédait deux violons de Stradivarius et pratiquait le violon cinq heures par jour).

Blunt fut attiré par elle presque immédiatement. Un mariage avec l'héritier de la tradition aristocratique représentait une première étape importante dans son propre progrès. N’était il pas indifférent aux avantages que procuraient un tel mariage. 3,000 livres de rente annuelle quand ses propres revenus, en tant que deuxième fils, étaient de 700 livres. Plus tard Blunt découvrit en elle un compagnon parfait pour ses voyages en Arabie. Elle était une femme courageuse, dure, inventive, froide dans des crises menaçantes de la vie, indépendante, adaptable et partageait ses intérêts pour l’Orient et les chevaux.

Ils se marièrent à Londres le 8 juin 1869. Durant l’été 1873, ils entamèrent leur premier périple au Moyen-Orient. Pendant l’hiver 1875-76, les Blunts visitèrent l'Egypte. Après avoir quitté l’Egypte, ils louèrent des bédouins et des chameaux et firent à un insouciant voyage du Sinai à Jérusalem. Tout en traversant le désert, le petit groupe manquait d’eau et faillit mourir de soif. Cependant, les Blunts survécurent à l'expérience et gagnèrent une connaissance de l'arabe, un désir insatiable d'apprendre plus au sujet de la culture musulmane et une détermination pour monter une expédition importante en l'Arabie centrale.

Les années de douleur succédaient aux années de plaisir. Madame Anne fit une fausse couche juste deux mois après le mariage. Un an après elle accoucha d’un fils qui mourut 4 jours plus tard. En 1872, elle eu des filles jumelles. L’une décéda immédiatement tandis qu’elle prenait sa seconde fille dans ses bras, celle-ci perdit également la vie. Tous les deux se rendaient profondément compte que leurs familles étaient venue de Normandie avec Guillaume le Conquérant en 1066. Wilfrid Blunt était particulièrement désespéré d’avoir un fils pour perpétuer la tradition familiale.

Au printemps de 1872, le frère aîné de Wilfrid est mort inopinément et celui-ci hérita du domaine de Crabbet Park. Soudainement le couple se retrouva avec une maison de pays, 4.000 acres, quinze domestiques et un revenu annuel de 21,000 livres. Le 6 février 1873, Madame Anne donna naissance à une fille. Elle l’appela Judith Anne Dorothea. Ce sera d’ailleurs leur seul enfant.

En novembre de 1877, les Blunts revinrent au Moyen-Orient pour commencer leur première expédition. Leur petite caravane partie d Alep le 8 janvier 1878. À la fin de leurs aventures, les Blunts ramenèrent à la maison en Angleterre six juments Arabes qui devaient former le cœur de la jumenterie Arabe du haras de Crabbet Park. Blunt cru que le cheval Arabe était le plus beau cheval au monde mais afin de développer son élevage, il était impératif de l’élever en Angleterre. En quelques années la réputation du Haras de Crabbet Park touchait l'ensemble de l'Angleterre.

A la fin de 1878, les Blunts décidèrent de retourner au Moyen-Orient, dans le but de pénétrer l'Arabie nordique et le Nejd, les montagnes sacrées de tous les bédouins syriens en tant que patrie héréditaire. Il était également considéré comme le lieu de naissance du cheval Arabe. Isolé par les montagnes et les déserts féroces, peu de régions dans le monde étaie inaccessible. Seulement trois hommes européens les avaient précédées. Madame Anne serait la première femme européenne à visiter la péninsule Arabe.

En 1882, les Blunts achetèrent Sheykh Obeyd, une maison de 22 acres et un jardin muré sur les périphéries du Caire dans le désert près des pyramides. Le domaine fut à l'origine propriété d’Ibrahim Pasha, oncle d’Abbas Pasha. Un ami de famille, Frederic Harrison, visita Sheykh Obeyd en 1895 et écrivit une description complète de la vie des Blunts en Egypte:

Le premier objectif des Blunts devint celui de rassembler le haras d'Ali Pasha Sherif. Avec persévérance et ténacité, ils rassemblèrent approximativement 16 étalons et 51 juments élevés par Ali Pasha Sherif qui étaient sûrement les meilleurs Arabes en Egypte. Ils expédièrent certains d'entre eux au domaine des Blunts à Crabbet Park tout en laissant d'autres à leur haras de Sheykh Obeyd. Dans une note, Madame Anne mentionna qu'elle pourrait presque regretter d'avoir acheté les juments d Ali Pasha parce que Judith, sa fille unique, ne les a pas évaluées.

Les relations entre Wilfrid et Anne se détériorèrent lentement. Madame Anne vécu une vie recluse à Sheykh Obeyd, dirigeant la maison d’une main ferme, retournant rarement à Crabbet Park dans le Sussex. L’Arabe devint sa première langue.. Blunt rechercha souvent la compagnie d'autres femmes. En 1895, il eu une relation passionnée dans le désert avec la fille d'une première maîtresse. En 1900 il eu une nouvelle relation avec une jeune femme, Dorthy Carleton. En 1906 elle l’accompagna à Crabbet Park. Ceci accéléra la séparation d’avec Madame Anne. Ils continuèrent à correspondre amicalement et tentèrent sans succès une réconciliation en 1915.

Le 15 décembre 1917, Madame Anne décéda au Caire. Son corps fut enterré dans un petit cimetière sur le bord de son désert tant aimé. Wilfrid Blunt mourut le 10 septembre 1922. Par ses propres ordres il n y eu aucune cérémonie, seulement un enterrement simple de modèle bédouin.. Son corps fut enveloppé dans un tapis oriental et porté par six ouvriers jusqu’à une tombe située à plusieurs centaines de mètres de Crabbet Park.

Les craintes de Madame Anne au sujet du manque d'appréciation de sa fille Judith pour les chevaux d'Ali Pasha Sherif n'étaient pas sans base. Judith Blunt, connu comme Madame Wentworth, hérita du haras de Crabbet Park ne pris pas la peine de préserver les lignées d'Ali Pasha Sherif. Judith Blunt multiplia les croisement en introduisant notamment Skowronek, cheval arabe polonais, dans les pedigrees de Crabbet Park. Ainsi, le recherche du "superhorse" par lady Wentworth , se fit aux dépens du travail effectué par Anne Blunt et Wilfrid Blunt. C est tout récemment qu'une poignée de sélectionneurs ont identifié ce que les Blunts et les premiers sélectionneurs égyptiens ont tellement bien connu, les qualités spéciales que l’on retrouve seulement dans les chevaux arabes de Sheykh Obeyd.

Auteur : Patrice LE GALEZE-09/11/2003
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :